Varennes-Changy

  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy
  • Varennes-Changy

Accueil du site > Vie communale > Présentation de la commune de Varennes-Changy

Présentation de la commune de Varennes-Changy

Notre commune

La commune de VARENNES-CHANGY est née de la fusion en 1970 de Varennes–en-Gâtinais et Changy-les-Bois. Cette fusion est la reconnaissance administrative d’une symbiose remontant au XIXème siècle. L’école, l’église, le cimetière, la secrétaire de mairie de Changy sont à Varennes depuis longtemps. L’écart de population entre les deux communes s’est creusé, de 1 à 10 au moment de la fusion, il est passé maintenant environ de 1 à 16.

La superficie de la commune est d’environ 2977 ha avec un territoire adossé au coteau séparant le Gâtinais et l’Orléanais comportant quelques surfaces boisées vestiges de l’ancienne Forêt des Loges.

Pas d’histoire marquante hormis la présence du château de Changy qui a hébergé un proche de Napoléon Ier à Ste Hélène, le général comte de Montholon, et la famille Soult de Dalmatie ce qui a causé la perte du chemin de fer dans les années 1840. Il était hors de question que la ligne traversât la propriété du fils du Maréchal Soult, ambassadeur de France, très apprécié à la Cour de Louis-Philippe. La commune était pourtant sur le trajet direct entre Montargis et Gien à quasiment équidistance (20km). La voie ferrée et la gare iront le long de la route royale Paris-Lyon, l’ancienne RN7, à Nogent-sur-Vernisson.

1554 habitants résident actuellement dans la commune, en constant accroissement démographique depuis 1954, cela après un lourd déclin démographique entre 1913 et 1954 lié aux guerres et à l’exode rural. La population de 1913 n’a été retrouvée qu’il y a moins de 10 ans.

Varennes-Changy est une commune rurale à vocation agricole mais l’économie s’est maintenant diversifiée. L’agriculture occupe encore plus de la moitié des sols communaux, une agriculture intensive (céréales, plantes industrielles) avec un reliquat d’élevage bovin et de l’aviculture. La commune dispose d’une zone artisanale maintenant complète. Il n’est d’ailleurs plus possible de l’étendre pour des raisons environnementales. Sur cette zone artisanale, on trouve des activités diverses (TP, métallurgie, bois, plasturgie, bâtiment, métiers du cuir…) avec environ 120/130 emplois. Le bourg maintient une activité commerçante de base avec une dizaine de commerces et un équipement de santé basique. La municipalité a investi il y a 5 ans dans une maison de santé pluridisciplinaire qui accueille les infirmières locales et un médecin que la commune a fait venir de Roumanie.

Autre atout économique, le passage de l’A77 avec l’aire de service du Jardin des arbres qui accueille Autogrill Côté France - un potentiel d’emplois à temps partiel- et un demi-diffuseur autoroutier financé par le Conseil Général Province-Paris/Paris-Province que la population aimerait bien voir doubler dans le sens Province/Province.

La commune fait partie de la Communauté de Communes du Canton de Lorris qui est composée de 14 communes au total (Lorris, Noyers, Varennes-Changy, Montereau, Oussoy-en-Gatinais, Saint-Hilaire-Sur-Puiseaux, Ouzouer-des-champs, La Cour-Marigny, Thimory, Presnoy, Chailly-en-Gatinais, Vieilles-Maisons-Sur-Joudry, Coudroy, Chatenoy).

Communauté de Communes du Canton de Lorris



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF